Bonjour Nicolas… Vous souhaitez faire le point sur les Gilets Jaunes et plus précisément sur le Vrai Débat…  

Teaser : Et oui Sandrine, en parallèle du fameux Grand Débat d’Emmanuel Macron se tenait un autre débat : le “Vrai”, et nous allons en parler ce jour !

———————————————————————————————–


Phare FM : Bonjour Nicolas, aujourd’hui nous parlons du débat national qui a fait suite aux demandes des Gilets Jaunes. Mais ce n’est pas de celui d’Emmanuel Macron que vous souhaitez parler. Expliquez-vous.

Chroniqueur : Ce n’est un secret pour personne Sandrine, et l’ancien président français Nicolas Sarkozy, pourtant ami du président actuel, le disait cette semaine : le Grand Débat National a fait un flop. Je m’intéresse aujourd’hui à l’autre débat, le débat officieux, parallèle et surtout, non censuré. Par bravade, les organisateurs l’ont appelé le Vrai Débat.

Phare FM : D’accord, mais en quoi consiste  ce “vrai débat” ? Comment, selon vous, on a pu recueillir “la vraie parole du peuple”, si je puis dire ?

Chroniqueur :  Figurez-vous, Sandrine, que d’un point de vue technologique, les Gilets Jaunes ont fait un premier pied de nez au gouvernement en utilisant la même plateforme que lui, celle de Cap Collectif. Alors, certes, les Gilets Jaunes n’ont pas pu comme l’Etat français organiser 10.000 réunions locales. Mais malgré un essoufflement certain (à mettre sur le compte de la mauvaise presse qu’on leur fait) ils ont fait tâche d’huile en Europe et même dans le monde. Ils SONT le peuple et leurs attentes sont fondées. C’est ainsi que LEUR VRAI DEBAT n’a pas été censuré : il a porté sur 9 thèmes principaux, contre seulement 4 dans le choix arbitraire du gouvernement français, qui s’est limité à des questions “structurelles”, intéressantes certes mais qui ne parlent pas à tout le monde.

Phare FM : Et qui a analysé les résultats de ce “vrai” débat ?

Chroniqueur :  Plusieurs chercheurs se sont attelés à ce dépouillement, qui s’avère aussi complexe que celui du Grand Débat officiel. Le million de votes exprimés a été analysé par l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Une autre synthèse a été réalisée par l’Institut des Systèmes Complexes de Paris, une branche du CNRS. Mais c’est l’analyse “préliminaire” du LERASS, le Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales de l’Université de Toulouse 3, qui m’a intéressé. 7 chercheurs ont dépouillé 24.000 propositions et 92.000 réponses argumentées, une somme de travail énorme réalisée avec une méthodologie sans faille.

Phare FM : Et qu’est-ce qu’on retient de la lecture  des ces réponses, Nicolas ?

Chroniqueur :  Le rapport complet est disponible sur le site levraidebat.fr. 2 choses m’ont frappé à la lecture de la synthèse. La première, c’est que les médias nous ont mené en bateau concernant les Gilets Jaunes et leur extrémisme supposé. Les chercheurs ont relevé une absence de signes de radicalisation, peu de vulgarité et de registre émotionnel. Les votants ont à une écrasante majorité rejeté l’abrogation de la Loi Taubira, ainsi que l’abolition de la peine de mort. Ils ne se sont pas non plus révélés aussi Europhobes qu’on voulait nous le faire croire : ils sont seulement eurosceptiques.

PHARE FM : Ce sont les systèmes mis en place qu’ils rejettent ?

Chroniqueur : Oui Sandrine, et c’est ma deuxième observation : ils sont au contraire pleins de “gros bon sens” ! Ils sont radicalement contre le “greenwashing”, cette écologie factice adoptée par les grandes entreprises pour pouvoir faire des affaires en ayant toutes les apparences de l’écologie. Ceux qui battent le pavé depuis plus de 4 mois s’intéressent à l’écologie, la vraie : respecter son environnement, acheter bio et local, interdire le glyphosate et sanctionner les entreprises pollueuses. Et si finalement ils représentaient le vrai changement, ces Gilets Jaunes diabolisés par nos médias ?

Sources :

https://le-vrai-debat.fr/pages/isc-cnrs

 

Ecouter l’émission